Existe-t-il une architecture à la centrale nucléaire d'Avoine ?

    L’écomusée du Véron organisait, dimanche 27 septembre 2020, une conférence, autour du thème de l’architecture des centrales nucléaires.

    Audrey Jeanroy, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, et spécialiste de l’architecture du XXe siècle, a été accueillie une semaine en résidence au sein de l’écomusée en août. Elle a démontré, dans une présentation de plus de deux heures, que les centrales nucléaires françaises, y compris celle d’Avoine, étaient des œuvres architecturales et qu’il y avait bien eu des réflexions autour de leur intégration dans le paysage environnant. « Il y a bel et bien eu un programme architectural dont on peut suivre le cheminement », a-t-elle avancé.

    Trois périodes

    Avançant les difficultés d’accès aux archives dans ce secteur, elle a néanmoins tracé l’histoire de plusieurs architectes ayant fait partie. La chercheuse a mis en avant trois périodes : celle de l’architecte comme collaborateur éloigné (avant 1973) celle de l’architecte comme acteur intégré au programme nucléaire (jusqu’en 1999), et celle, actuelle, de l’architecture nucléaire comme un héritage.

    À travers des personnes comme Pierre Dufau, à l’origine de la « boule » de la centrale d’Avoine, mais aussi de Claude Parent, qui a été chargé d’animer un collège d’architectes du nucléaire, la chercheuse a notamment mis en évidence des travaux qui tenaient plus de l’utopie que de la réalité.

    Néanmoins, Audrey Jeanroy, à travers des exemples concrets, a montré l’implication de l’architecture dans les bâtiments de la centrale de Chinon, notamment à travers la réalisation des rosaces sur les salles des machines. Elle a ainsi montré que, contrairement à ce qui est souvent pensé, les bâtiments des centrales nucléaires ne sont pas uniquement construits selon des contraintes techniques.

    Article par Baptiste DECHARME - © la Nouvelle République
    Repris de l'article publié sur lanouvellerepublique.fr

    Sur la photo ci-dessus : Le premier réacteur du CNPE de Chinon, avec sa structure sphérique de 55 mètres de diamètre et de 47 mètres de haut, est une véritable prouesse architecturale, mise en service en 1963.

    En savoir plus sur le CNPE de Chinon

    Visiter le site de l'association "Voix du nucléaire" :

    logo Voix du nucléaire
    © 2018 - ARCICEN